De l’agriculteur aux consommateurs

Publié le 16/12/2016 à 14H44
Une prise de conscience collective pour améliorer la qualité de notre nourriture souvent nocive pour la santé et l’environnement.  

Article des Retraités CFDT sur l'agriculture et la consommation qui relève de l'intérêt général et des enjeux de la société.

Les députés et les sénateurs Républicains ont contesté devant le conseil constitutionnel la loi biodiversité pour l’interdiction des néonicotinoïdes et la non- régression du droit de l’environnement.

Dans le même temps une enquête de « Que Choisir » sur les fruits ( pommes, poires et fraises) montre une présence importante de résidus de pesticides.

Pendant ce temps LA BIO PASSE A LA VITESSE SUPERIEURE.AGRO BIO

+ 14,7 % de croissance du marché bio en 2015 vs 2014

+ 5 % d’opérateurs à l’aval ( transformation, distribution, import/export)

+ 9 % de producteurs

+ 23 % de terres biologiques

La barre des 5 % de Surface Agricole Utile bio est dépassée.
L’agriculture bio progresse de façon importante depuis 2014. En 2015 le marché bio évolue de 14,7 % au-delà des prévisions de 5,5 milliards pour arriver à un total 5,76 milliards. On constate que les achats de restauration collective progressent de 18 % en 1 an.
Pour répondre à cette forte demande des consommateurs en produits respectueux de la nature et de l’homme, la production bio enregistre par mois plus de 200 nouvelles fermes supplémentaires dans l’agriculture bio en 2015. Fin 2015, 28 884 fermes bio étaient implantées sur le territoire Français et cultivaient 1,375 millions d’hectares, soit une augmentation de la superficie cultivée de 23% par rapport à 2014.
En aval, 13528 entreprises de transformation, de distribution et d’import/export comptaient 42 412 opérateurs exerçant des activités certifiées bio, soit 8% par rapport à 2014. Cette croissance s’intensifie en 2016.

En termes d’emplois, en 2015, la Bio c’est :
+ 69 000 emplois dans les fermes en équivalent temps plein ( près de 10 % de l’emploi agricole français).
+ 30 000 emplois pour la transformation et la distribution de produits bio équivalent temps plein.
+ 2 000 emplois en équivalent temps plein pour les actions de contrôle spécifiques à la Bio, le conseil, la recherche et la formation, le développement et les services administratifs.

= Plus de 100 000 emplois en équivalent temps plein en France.
Des achats bio en hausse de 18 % en restauration collective.
Les produits bio « Made in France » gagnent du terrain. 76% des produits bio consommés en France sont « Made in France ».

Un développement sans précédent des grandes cultures
Les régions les plus concernées par ce développement sont :
# Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées
# Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes
# Bourgogne et Franche-Comté
# Centre-Val de Loire
# Pays de la Loire

Essor de l’élevage bio : tous les cheptels concernés.
Les filières les plus dynamiques sont l’élevage bovin allaitant (plus 15% des fermes engagées) et l’élevage ovin (plus 10% de fermes).

La moitié des fermes et des surfaces bio dans trois grandes régions :
Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées avec 6 495 producteurs.
Auvergne et Rhône-Alpes avec 4 219 producteurs
Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes avec 4213 producteurs
Ces chiffres montrent un dynamisme dans ces trois régions, sur le territoire ces chiffres sont très contrastés.

Ce sont les consommateurs qui feront évoluer l’agriculture biologique en mangeant moins et mieux, en se détournant de la grande distribution qui vend des produits bio 20 à 30% plus cher que dans la vente directe ou les circuits spécialisés. Ce sont les enfants qui en découvrant les produits bio dans 75% des établissements scolaires interpellent leurs parents sur la qualité de leur alimentation.