LA CFDT PRATIQUE LA TRANSPARENCE FINANCIERE

Publié le 16/09/2016 à 17H19
Suite à la parution de différents articles de presse*,  sur le financement des organisations syndicales de salariés, par l’ex-Conseil Régional de la région POITOU-CHARENTES, la CFDT tient à apporter quelques précisions. *La Nouvelle République des 7 - 10 et 14 septembre 2016

 Rappelons que la loi autorise certaines collectivités, dont le conseil régional, à attribuer des subventions aux organisations syndicales de salariés. Le conseil régional de l’ex Poitou-Charentes avait fait le choix de financer des projets portés par les syndicats, avec des règles fixées et de multiples contrôles.
L’enveloppe budgétaire globale de 400 000 euros par an, attribuée aux organisations syndicales, l’était en fonction de 2 critères :
La représentativité des organisations syndicales dans la région.Le dépôt d’un dossier de demande de subvention comportant les actions que l’organisation souhaitait mettre en œuvre dans le cadre de l’intérêt général (dialogue social territorial, égalité professionnelle Femme/Homme, conditions de travail, orientation, emploi et formation professionnelle, …).
Pour chaque exercice annuel, la CFDT remettait un bilan  des actions réalisées et des sommes engagées.
Les difficultés rencontrées par la CFE-CGC, en son sein, quant à la gestion de leur organisation, ne doit pas être prétexte à un amalgame sur la prétendue gestion des organisations syndicales de manière générale.
La CFDT rappelle que ses comptes, comme le prévoit la règlementation, sont certifiés par des commissaires aux comptes, puis déposés pour une parution annuelle dans le journal officiel.
Les collectivités territoriales, comme le conseil régional, subventionnent des associations, des entreprises, des syndicats patronaux.
La CFDT a toujours été favorable au contrôle de l’utilisation des fonds publics octroyés pour servir l’intérêt général. Aussi, nous demandons que toutes organisations syndicales de salariés ou patronales, associations ou autre, fournissent un bilan de l’utilisation de ces fonds publics, tout comme le fait déjà la CFDT.
Concernant l’article de presse, d’Alexis Blanc, ex vice-président du conseil régional,  la CFDT dénonce les propos mensongers remettant en cause la sincérité des syndicats et le manque de transparence. La CFDT réfute l’accusation de clientélisme portée par Monsieur Alexis Blanc à l’encontre du conseil régional en échange de subventions.  La CFDT est très claire : les dossiers d’actions ont été déposés, les actions ont été menées et les bilans ont été fournis.
La CFDT insiste sur les missions d’intérêt général mise en place sur les territoires grâce à ces subventions.
Pour conclure, la CFDT souhaite rappeler à Monsieur BLANC, que les partis politiques bénéficient de fonds public importants et elle espère que la même transparence leur sera demandée.