La CFDT 79 s'exprime sur le CHNDS*

Publié le 09/11/2017 à 17H57
Depuis le début, la CFDT croit dans ce plateau technique.  Un plateau technique qui doit répondre aux attentes et besoins des citoyens du Nord des Deux-Sèvres  * CHNDS : Centre Hospitalier Nord Deux Sèvres

 

photo cfdt devant le plateau technique CHNDS

 

On l’a vu il y a une semaine, c’est l’accès aux urgences qui cristallise les mécontentements et les craintes des populations thouarsaises et parthenaisiennnes.
Pourtant, la CFDT soutient, schéma à l’appui, que la prise en charge des patients va être spectaculairement améliorée par la nouvelle organisation du CHNDS. « Les explications n’ont pas été assez claires sur le sujet, déplore Xavier Flous. La nouvelle organisation va simplifier le parcours du patient et faire gagner du temps dans sa prise en charge. »
Pour justifier cet argument, le syndicaliste explique qu’actuellement seules les urgences de Bressuire et Thouars sont adossées à un plateau technique. Et encore, certaines spécialités ne sont présentes que sur un des deux sites, ce qui conduit à des transferts de patients d’un site à l’autre. « Cela peut entraîner 3 à 4 h de perte de temps dans l’accès du patient au bloc. Tous les blessés graves sont de toute façon transférés au CHU ou à Niort. »
« Demain, le service d’urgences de Faye-l’Abbesse sera adossé à un plateau technique complet et le Samu ou les médecins des centres de soins non programmés pourront orienter les patients directement vers ces urgences. Le gain de temps dans la prise en charge sera de 2 h 40 à 3 h 40 selon les cas. » Quant aux Smur, leurs patients bénéficieront aussi de cette simplification selon lui.
A l’en croire, les populations « perdantes » dans l’opération seraient celles du nord-ouest du département (Cerizay, Mauléon) et non celles du nord-est. « On ne le dit pas assez », confirme-t-il. « Ils perdent le temps de trajet de Bressuire à Faye-l’Abbesse mais la desserte routière s’est améliorée (2x2 voies) dans ces zones et l’organisation doit s’affiner avec les Smur voisins (Cholet). »